VISITE DU CERN - CENTRE EUROPÉEN DE RECHERCHE NUCLÉAIRE

8 avril 2013  [Visite de site]

 Par  Francis Rio, adhérent de Gap Sciences Animation 05

 

cables cern

 

Spectaculaire visite du CERN Merci à Daniel Treille de nous avoir ouvert les portes de ce temple de la recherche.

D'abord nous avons visité le bâtiment dédié  aux études sur l'antimatière, en l'occurence de l'antihydrogène : comment le fabriquer, le conserver, analyser les propriétés de son spectre lumineux ainsi que sa réaction à la gravitation ou encore observer les applications médicales des antiprotons. Puis nous nous sommes interessés à l'énorme Solénoïde Compact pour Muons (CMS). Il s'agit d'un détecteur de particules, détecteur polyvalent installé sur l’anneau du LHC, GRAND COLLISIONNEUR de HADRON, le plus grand accélérateur de particules du monde. Il a été conçu pour explorer un large éventail de domaines de la physique, allant de la recherche du boson de Higgs à celle d’autres dimensions, en passant par la quête des particules qui pourraient constituer la matière noire. Cette partie de la visite était particulièrement spectaculaire car nous avons pu voir l'intérieur du CMS qui était alors en maintenance.

Sans culture personnelle fondamentale en physique, voici quelques éléments que j'ai pu glaner au cours de cette visite riche et tant captivante que les pauses casse-croutes sont passées à la trappe. Éclater la molécule d’hydrogène en ses trois particules permet d’en isoler les protons. Avec ceux-ci, l’objectif ultime du centre porte sur la connaissance du commencement de l’univers.  A ce jour, le temps a pu être « remonté » jusqu'à 1,5 milliards d’années après le Big-Bang qui, conceptuellement, a eu lieu il y a 13,7 milliards d’années plus tôt. Les protons sont accélérés à une vitesse proche de celle de la lumière, concomitamment, une grande quantité d’énergie est libérée. L’hélium liquide à basse température refroidit. Ceci se déroule à 100 mètres sous terre dans un long tunnel cylindroïde de 27 km de long divisé en 8 segments. Dans celui-ci , les particules (protons) se « collisionnent » jusqu'à être sélectionnées et extraites, jusqu’à l’unité. C'est l’œuvre d’un travail d’équipe au sein du LHC ( Gaz et matériaux utilisés : hydrogène, décharge électrique, aimants supraconducteurs confectionné a base de niobium, tungstène, cuivre, étain, acier, cristaux (très lourds spécialement fabriqués) et autres).

Les résultats sont collectés dans une « ferme » informatique (charpente) à l’aide de nombreux ordinateurs qui trient, filtrent pour diffuser les résultats des analyses dans différentes unités de recherche in situ et extérieures. Le champ de recherche dans l’antimatière débouche, comme d’autre, sur des applications dédiées à la vie. En remplacement des rayons «  gamma »,  utilisés en radiothérapie et très toxiques pour les tissus environnants, les antiprotons permettraient plus concisément de détruire certaines tumeurs cancéreuses.

2000 employés d’une centaine de Nations, dont vingt européennes travaillent au CERN. Ceux-ci conçoivent et réalisent les prototypes. Puis la réalisation des pièces définitives est confiée à des entreprises extérieures. Le montage terminal est l’œuvre du CERN.

En conclusion,  ce bain au cœur de la science, complément des deux dernières conférences sur la lumière, a passionné de nombreux membres de GSA 05 véritablement scotchés à certains ateliers ; la motivation, très avenante des personnes qui nous ont accueillies y était pour beaucoup.

Merci aux équipes du CERN ainsi qu’à celle de GSA 05.

Les prochaines sorties