" Radio-observatoire du pic de Bure "
Avec l'IRAM (Institut de Radio Astronomie Milimétrique)

Vendredi 12 août  [Sortie géomorphologie glaciaire et périglaciaire]

avec Bertrand Gautier, responsable de l'observatoire

Par Agnès Stanislas, adhérente de Gap Sciences Animation 05
Photos : Agnès Stanislas et Daniel Cambou, adhérents de Gap Sciences Animation 05

bure

 

Après l’ascension par téléphérique, notre groupe de  14 personnes est reçu  par Bertrand Gautier, responsable de l'observatoire qui nous fait un petit historique.

Le site à 2500 m d’altitude existe depuis 1983  avec 3 télescopes, puis 6 en 1999, un 7ème en 2014, pour arriver à terme à 12. Le but est de doubler la surface du « miroir » (du site) afin de passer de  760 à 1520 m de diamètre.

C’est un projet franco-allemand-espagnol ; 1er site mondial avant d’être supplanté par l’observatoire Alma au Chili dans le désert de l’Atacama à 5000m d’altitude.

Nous avons la chance de rentrer dans le hangar où se trouvent les télescopes 8 et 9  en construction. Un télescope mesure  15  m de diamètre pour 130 tonnes et  176  panneaux réglés par  960 moteurs actionnables de l’intérieur, moteurs réglables au micron.  La structure s’écrase de façon parabolique pour  bouger et effectuer les observations qui ont lieu de jour comme de nuit.

Les observations millimétriques récupérées par la parabole de  15  m se dirigent vers le centre d’1 cm pour  ensuite être corrélées avec l’ensemble des paraboles dans la salle «corrélateur».  Après traitement, ces données sont transmises aux ordinateurs de la salle « astronomie ». Un projet de déplacer cette salle vers Grenoble  est en étude lorsque que la fibre optique arrivera au pic de Bure et permettra l’envoi des données.

Les projets d’observations sont déposés par des scientifiques et choisis pour le programme d’observation. Sur le site, 5  personnes travaillent en permanence (3 équipes se relaient).

A l’extérieur, ces installations doivent supporter des températures minimales de -20° et des vents jusqu’à 220 km/h. Les télescopes sont installés sur bloc  de béton et les calculs du corrélateur prend en compte également le déplacement tectonique (quelques millimètres par an), l’effet des marées ... Le déneigement est  très important car les paraboles sont mobiles sur rail ; pour les déplacements, la parabole est remontée par vérins  au dessus de son chariot propre.

Merci pour cet accueil et les informations qui nous ont été fournies dont quelques unes très techniques pour les plus aguerris !

P1090795 DSC04176
DSC04165 P1090808

 

Aller plus loin avec l'IRAM : iram logo02.jpg

 

·      

Les prochaines sorties