Calendrier

Mai 2017
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31

"DE SISTERON A SAINT-GENIEZ"

Samedi 25 juin 2016  [Sortie géomorphologie ]

avec rené Lhénaff, géomorphologue

 

Par Martine Giraud, administratrice de Gap Sciences Animation 05

GrèzeGrèze

 

De nombreux arrêts, avec explications techniques et passionnantes, ont structuré cette sortie.
En premier lieu, nous nous sommes positionnés au dessus de la citadelle de Sisteron afin d’avoir une vue d’ensemble du paysage :
- au Nord, la dépression de Laragne, creusée par la Durance, dans les très épaisses marnes noires du Jurassique moyen (très présentes dans le département) ;
- cette dépression se referme au Sud par la barre de Sisteron modelée dans les calcaires du Jurassique supérieur par l’érosion naturelle et traversée par la Durance en cluse.
- la barre est séparée du synclinal perché de « Pierre Écrite » par une combe creusée dans un anticlinal déversé vers le Sud ;
- ces plis Ouest-Est datent du plissement pyrénéo-provençal (environ 65 millions d’années) suivi du plissement alpin (Nord-Sud) qui a soulevé en dôme au Miocène le Laragnais, dôme défoncé par la Durance et ses affluents en une ample dépression.

Nous avons marqué un deuxième arrêt sur la route de St Geniez pour observer des niches d’arrachement et des masses glissées de marnes noires qui ont été déstabilisées par le creusement du torrent du Mardaric et se sont désolidarisées du calcaire dressé à la verticale. Le reboisement n’est que modérateur de ce type d’érosion. Depuis la fin de la dernière glaciation, il y a 10 000 ans, sous le climat actuel, on observe essentiellement une érosion par le creusement des torrents et des mouvements de terrain.

Au troisième arrêt, nous étions au bord d’un ravin pour en expliquer la formation. Sous l’effet du gel et du dégel la roche éclate en menus débris. L'eau entraîne alors les petits débris sur les pentes et les accumule dans le fond des ravines. Un matelas d’éboulis se forme dans lequel l’eau creuse des tunnels. Des éboulements successifs vont alors se produire, le ravin s’élargit et les végétaux se déchaussent. Progressivement, les ravines se développent et mettent en surplomb les calcaires. Cette instabilité provoque à son tour des chutes du calcaire des couches supérieures ; les blocs de calcaire s’incorporent aux marnes qui les entraînent en fluant sur les pentes.

Au quatrième stop, au pied d’une carrière creusée par l’homme, nous avons observé une grèze et les différents lits qui la structurent. C’est le résultat du gel et du dégel lors de la dernière glaciation (100 000 à 10 000 ans). Les gélifracts étalés par des coulées de débris et triés après leur dépôt ont construit une pente d’équilibre aujourd’hui fixée par la végétation. Nous sommes ensuite passés par le défilé de Pierre Ecrite (Ve siècle avant JC par Dardanus, préfet des Gaules, résidant au dessus de la Via Domitia qui longeait la Durance) et avons pique niquer à l’ombre des pins.

Après le village de St Geniez, nous nous sommes arrêtés pour une lecture du paysage. Les corniches calcaires du Tithonien (= Jurassique supérieur) ceinturent des synclinaux mis en place par le plissement pyrénéo-provençal et repris par le plissement alpin (montagne de Gache, crête de Gourras séparées par une combe formant un col à l’Ouest de Saint-Geniez). L’ensemble est chevauché par le massif du Trainon appartenant à la nappe de Digne.

A Notre Dame de Dromont René Lhenaff nous a expliqué le recoupement des crêtes :
- plissement pyrénéo-provençal mettant en place les plis Ouest-Est défoncés par l’érosion ;
- plissement alpin mettant en place le chevauchement (Nord-Ouest / Sud-Est) de la nappe de Digne dont les assises du Lias recouvrent anormalement les terrains du Jurassique supérieur ; rebroussement de terrains tertiaires (Oligocène et Miocène) sous la poussée de la nappe.

Enfin, nous avons pu observer successivement des éboulis d’une corniche calcaire ainsi qu’une faille à Entrepierres et marquer un dernier arrêt au pied de la citadelle, face à l’anticlinal. Retour au départ !!!

Merci René pour ce parcours et merci Didier pour les dessins.

René Lhenaff
Photo de groupe avec René Lhenaff
cluse
Cluse