" VISITE D'UNE INSTALLATION DE CULTURE DE SPIRULINE - CYANOBATÉRIE DU GENRE ARTHROSPIRA"

Samedi 19 septembre 2015  [Visite de site]

La ferme d'Orpierre

Par Danielle Alloin, adhérente de Gap Sciences Animation 05

spiruline

 

Par un après-midi ensoleillé de septembre, cinq curieux, bientôt rejoints par deux curieux supplémentaires, se dirigent vers Orpierre où ils sont accueillis chez Valérie et François.

Séance d’explications à l’ombre d’un grand saule, autour d’un verre d’eau de source et de granules de spiruline d'Orpierre déshydratée.

La spiruline est une bactérie, rien à voir avec le règne végétal –même si sa couleur verte lui vient de deux pigments, la chlorophylle et la phycocyanine -. Elle est originaire des régions tropicales. Aujourd’hui utilisée comme aliment ou complément alimentaire de grande valeur nutritive, elle est chez certains peuples un aliment à part entière (Kanem du Tchad, par exemple). La spiruline recèle tout un cocktail de protéines de grande digestibilité chez l’homme, de vitamines, de minéraux, d’oligo-éléments, d’acides gras essentiels et d’enzymes. Un véritable trésor nutritionnel !

La spiruline se développe en milieu aqueux saumâtre à pH contrôlé, à une température de 30 à 40°C et a besoin de lumière. On l’élève donc sous serre, dans des bassins peu profonds, de mars à novembre. Par vigilance à l’encontre d’autres organismes vivants (amibes, microalgues…) qui adoreraient ce même environnement, l’entrée de la serre est protégée. Pour faciliter une croissance régulière, le substrat liquide est brassé en continu par une roue à aube. Dans la serre que nous visitons la spiruline est à un stade de développement très précoce. On nous informe que dans les deux autres serres, les stades sont plus avancés. De l’ensemencement d’un bassin à la récolte il faut ~40 jours.

La spiruline est un organisme autotrophe qui se nourrit des minéraux disponibles dans le milieu liquide dans lequel il vit. A Orpierre, ce milieu, dont la composition doit être soigneusement contrôlée, est constitué d’eau de source, à laquelle est ajoutée toute une panoplie de minéraux et oligo-éléments (pour plus de détails, voir sur le site //spiruline.online.fr). Le carbone dont la spiruline a besoin est pris au gaz carbonique de l’air ambiant.

Suite au laboratoire : l’oeil au microscope, nous pouvons admirer la forme filamentaire, ondulée et régulière de la bactérie, dont la taille est importante, 100 à 200 microns de long et 8 à 10 microns de diamètre (cf. le millimètre comporte 1000 microns et le diamètre d’un cheveu humain est de 80 microns environ).

Au fil de la visite, nous apprenons beaucoup d’autres choses : une fois la spiruline récoltée elle se présente sous la forme d’une pâte au vert profond et intense, pâte que nous savourons sur un morceau de pain arrosé d’huile d’olive. La pâte est ensuite étirée en longs spaghettis qui seront disposés sur les clayettes d’un séchoir. L’étape du séchage se fait à température modérée et par circulation d’air chaud (< 5 heures). Enfin, ces spaghettis déshydratés seront cassés en petits granules avant conditionnement en boîtes ou sachets.

Quelques chiffres : la production mondiale de spiruline est de 5000 tonnes/an, pour moitié en Chine. En France on produit 150 tonnes/an.

Après avoir remercié nos hôtes nous quittons le site de production avec la ferme intention de profiter des multiples vertus de ces petites bactéries déshydratées qui emplissent nos sachets tout juste acquis. Une cuillérée à café chaque soir devrait nous permettre de passer
l’hiver sans risque…

Visite effectuée sous la houlette de Martine : un grand merci à elle !

 

Les prochaines sorties